Stage à vienne (38) avril 2012

27 Nov Stage à vienne (38) avril 2012

TEMOIGNAGE

Il y a quelques temps, ma fille m’a inscrite au stage « Osez l’eau ». Je voyais cela un peu de loin et je me disais pourquoi pas ? Puis, au fur et à mesure que la date du stage approchait, le « trouillomètre » descendait, descendait, jusqu’au niveau au-dessous de zéro. Le jour du stage arrive, et là encore je n’étais pas rassurée. Je suis accueillie par Arnaud, avec son sourire et sa gentillesse, son humour aussi car, je le sens, il sait dans quel état d’esprit je me trouve. Je rencontre aussi les autres participantes qui n’en mènent pas large non plus, et là, se crée immédiatement un climat de soutien entre nous. Nous sommes 6 pour ce stage.

J’ai 53 ans et une histoire un peu douloureuse avec l’eau. Je « sais nager » la brasse, une brasse qui me fait si mal au dos, tellement ma tête doit rester hors de l’eau. J’ai l’impression que si mes cheveux se mouillent, c’est signe que je vais couler… J’ai aussi une polyarthrite rhumatoïde et les médecins préconisent la nage sur le dos, mais comment faire pour s’allonger dans l’eau quand on a peur ? Ce stage est donc pour moi l’occasion de voir si je peux surmonter ma peur.

Après un petit temps de présentation du stage et des maîtres nageurs, nous voilà partis dans la piscine, côté petit bain. L’eau est à 32°, quel bonheur ! Il n’y a déjà pas l’appréhension du froid. Avec patience et gentillesse, Arnaud nous explique la respiration et le rapport respiration/eau. Il nous explique l’élément « eau », un élément qui n’est pas hostile si on ne se débat pas et qu’on se laisse porter. J’essaie d’intégrer ce conseil. Nous mettons nos lunettes et nous commençons des exercices : d’abord bouche fermée mais les yeux ouverts, puis bouche ouverte et yeux ouverts. Une première pour moi. Avec différents exercices j’apprends à rassembler mes jambes, à me retourner dans l’eau, et, comble du bonheur, à m’allonger sur l’eau. Je me rends compte alors que l’eau me porte, à tel point que j’ai la sensation que je pourrais rester des heures dans cette position de bien-être. Je fais la planche et je découvre ce que cela veut dire. Arnaud nous apprend aussi à revenir en position initiale et à repartir en planche ventrale, puis à se déplacer sur le dos. Il nous fait ressentir différentes sensations dans l’eau ; la glisse, la vitesse sur l’eau, puis les mêmes exercices sous l’eau… Et c’est là que j’ai compris que l’eau n’était pas mon ennemie, que je pourrai désormais nager sans peur. J’ai eu alors envie d’aller dans le grand bain où nous avons répété les mêmes exercices, toujours accompagnées. J’ose un saut en tenant la main d’Arnaud et je continue en brasse, une brasse qui désormais ne me fais plus mal au dos, ni aux cervicales.

C’est la fin du stage, douche, puis petite réunion de conclusion. Dire ce que j’ai ressenti m’a été difficile sur le moment tant j’avais envie de pleurer : la fatigue, l’émotion, mais surtout la joie d’avoir pu surmonter ce qui jusque là me semblait infranchissable, la peur de l’eau. Je ne prétends pas être un vrai poisson dans l’eau, mais je me suis réconciliée avec cet élément.

Je voudrais remercier de tout cœur Arnaud pour son savoir faire, sa gentillesse, sa disponibilité, son humour, sa patience, ses encouragements.

Je voudrais remercier Anne, la marraine du stage viennois, qui est venue nous apporter son expérience d’ancienne « peureuse » et que l’on a bien fait rire avec nos expressions locales.

Je voudrais remercier également Lucie et Bérangère qui ont toujours été là avec leur disponibilité et leurs précieux conseils.

Je voudrais remercier toutes les participantes avec lesquelles un climat de sympathie et d’encouragements mutuels s’est instauré.

Un grand merci à tous et longue vie à « OSEZ L’EAU » antenne viennoise.

Liliane M….